le curieux Noël de Mrs Ellison

— Bien, madame. Désirez-vous autre chose ? — Oui, finalement, je prendrai volontiers cette tasse de thé… et peut-être quelque chose pour l’accompagner. Mais pas de gâteau de Noël. Il est encore trop tôt. — Bien, madame. Que diriez-vous de quelques bis‑ cuits sablés ? — Ce sera parfait. Lui recommander de ne parler à personne de ce boulet de canon était inutile. On ne pouvait pas s’attendre qu’un domestique ne raconte pas aux autres un événement aussi incongru, et qui n’avait de sens pour personne en dehors d’elle. Fallait-il qu’elle invente une histoire ? Non, il ne valait mieux pas. Être prise en flagrant délit de mensonge, qui plus est par un domestique, la ridi‑ culiserait ! — Je vous remercie, conclut-elle. En attendant que le thé arrive de la cuisine, Mariah s’installa dans un fauteuil confortable au salon. Il s’agis‑ sait plus d’un boudoir que d’un salon. Elle n’avait pas besoin de quelque chose de si formel. Néanmoins, il était décoré à son goût, essentiellement de meubles qu’elle-même avait apportés, à l’ancienne, peut-être un peu massifs. Elle les avait gardés pour l’unique raison qu’elle y était habituée, et que personne ne les lui avait donnés. Pour être tout à fait franche, elle en détestait certains, d’autant qu’ils lui rappelaient assez peu de bons souvenirs. Cependant, elle ne pouvait pas dépendre pour tout d’Emily ! Elle se tourna vers la fenêtre et admira la jolie vue sur les arbres dans leur parure d’hiver. Même en plein cœur de Londres, on trouvait des jardins éton‑ namment ravissants, surtout au printemps, et celui-ci en faisait partie. L’été, il était encore plus magnifique. 13 329120WUQ_ELLISON_CS6_PC.indd 13 24/09/2019 10:39:13

RkJQdWJsaXNoZXIy ODg2ODk=