le curieux Noël de Mrs Ellison

Des roses grimpaient sur la pergola qui, à cette saison, se réduisait à un enchevêtrement de tiges nues. Et il y avait également des pivoines et des delphiniums aux couleurs flamboyantes. Haslemere… Pourquoi Rowena Wesley lui avait-elle envoyé ce malheureux rappel d’un drame du passé ? Car cela ne pouvait être qu’elle. Cullen était mort. Le formuler ainsi avec des mots la transperça de douleur. Pourquoi Rowena avait-elle fait une chose pareille ? Ça ne lui ressemblait pas du tout. Elle avait toujours été une femme douce et généreuse au bonheur paisible ; en d’autres termes, tout l’opposé de Mariah. Les drames affectent les êtres de façon différente. Mariah n’avait aucune idée de ce qui était arrivé à sa vieille amie depuis tout ce temps. Néanmoins, si Rowena avait été heureuse, elle ne lui aurait pas fait parvenir ce rappel absurde et épouvantable du passé, de cet instant qui, en quelques jours vingt ans plus tôt, avait vu basculer la paix et l’amitié, dans lesquelles la seule ombre était la solitude personnelle de Mariah, pour tout précipiter dans une destruction complète. Se pourait-il que l’expéditeur de ce colis soit Peter, le petit-fils de Rowena ? Il avait été très affecté par la mort de son grand-père, survenue peu après la disparition de ses parents dans un terrible naufrage. Mais Peter n’était alors qu’un enfant, âgé de dix ou onze ans. Mariah revoyait son jeune visage, sa peau claire et ses yeux bleu-gris encadrés de longs cils. Il devait avoir maintenant plus de trente ans. Elle se souvenait de son rire avant que tout cela se produise. Un rien l’amusait. C’était ce qu’elle avait par‑ ticulièrement aimé chez lui : la joie inattendue que lui procuraient les choses les plus ordinaires. 14 329120WUQ_ELLISON_CS6_PC.indd 14 24/09/2019 10:39:13

RkJQdWJsaXNoZXIy ODg2ODk=